67c889e4a499c1b3f74cbf135744ce2eLa question des changements d’affectation des sols est, à l’échelle mondiale, un enjeu majeur pour la préservation de la biodiversité, la lutte contre le changement climatique, la préservation de la qualité des sols, la sécurité alimentaire, etc. La prise en compte de ces changements dans les évaluations environnementales des réorientations productives de l’agriculture, de la forêt est aujourd’hui essentielle.

C’est pour se doter d’outils et de compétences sur ces questions qu’est créé le Groupement d’Intérêt Scientifique sur les changements d’affectation des sols (GIS CAS). L’objectif est de progresser dans l’élaboration des bilans environnementaux et d’aider ainsi à une meilleure prise en compte des changements d’affectation des sols dans les politiques publiques.

Le 27 novembre 2014, les ministères en charge de l’Agriculture et de l’Ecologie, l’ADEME, l’Inra et FranceAgriMer annoncent la création du GIS « CAS » pour une durée de cinq ans.

reduisons nos déchets produits usagés940 000 tonnes de déchets (données 2013) sont évitées chaque année grâce au réemploi et à la réutilisation des produits. A l’occasion de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets qui se tient du 22 au 30 novembre 2014, l’ADEME fait le point sur la perception et les pratiques des Français en matière de réemploi et de réparation.

Réemploi, Réutilisation, Réparation : de quoi parle-t-on ?

  • Le réemploi consiste, pour un propriétaire, à donner ou à vendre un produit à un tiers qui lui donnera une seconde vie,
  • La réparation est la remise en fonction d’un bien,
  • On parle de réutilisation lorsqu’un propriétaire se défait d’un bien sans le remettre directement à une personne physique ou à une structure ou zone dédiée au réemploi.

Une véritable tendance de consommation

  • 87% des Français pensent que la réparation est une façon de consommer malin en temps de crise et 94% que le réemploi est un mode de consommation qui a de l’avenir,
  • 81% de nos concitoyens considèrent que les produits d’occasion sont tendance (+6 points par rapport à juin 2012),
  • Les motivations sont d’abord d’ordre pratique et économique.

RRR et création de richesses

En France, en 2013 :

  • 940 000 tonnes de biens sont réemployés et réutilisés par an,
  • Soit environ 10% du gisement potentiel de produits en fin d’usage,
  • 1 000 M€ de chiffre d’affaires estimé et extrapolé lié aux pratiques de réemploi et de réutilisation,
  • 22 000 Equivalents Temps Plein (ETP), hors bénévoles, liés à ces pratiques.

S’informer et se former sur le réemploi et la réparation pendant la SERD

LOGO-FRANCAIS-DEGRADEJusqu’au 30 novembre, plus de 2 800 actions sont organisées partout en France pour s’informer sur les gestes de réduction des déchets. Parmi celles-ci, 684 portent sur la réparation et le réemploi : réparation de vélos, relooking de meubles ou de luminaires, atelier bricolage, forum des artisans de la réparation, portes-ouvertes dans des recycleries…

Retrouvez les sur http://www.serd.ademe.fr/programme

ANME

A l’occasion du colloque ENERSOL (Salon International sur les Energies Durables) qui se tient à Tunis du 26 au 28 novembre 2014, l’ADEME représentée par M. Bruno Lechevin (Président) et l’ANME (Agence Nationale de la Maîtrise de l’Energie en Tunisie) en présence de M. Hamdi Harrouch (Directeur général) ont renouvelé leur accord de coopération bilatérale pour la période 2014-2017.

Ces deux agences nationales coopèrent de longue date,  leur 1er accord ayant été signé en 1994. En effet, la situation énergétique de la Tunisie marquée par un déficit énergétique qui ne cesse de s’accentuer (aujourd’hui proche de 20 % de la demande d’énergie primaire), impose la mise en œuvre d’efforts communs.

Dans ce contexte, l’ANME, en charge de la définition et de la mise en œuvre de la stratégie tunisienne de maîtrise de l’énergie, avec l’appui institutionnel et technique de l’ADEME, ont développé diverses actions exemplaires, notamment pour la mise en place de labels performants dans les bâtiments,pour l’adaptation au contexte tunisien de la certification européenne d’équipements performants (climatiseurs, réfrigérateurs, lave-linges), pour la promotion des systèmes d’éclairage public performants, et l’adaptation de chartes de qualité QualiSol pour les installations solaires.

ADEME ANMEPour atteindre le double objectif fixé par la nouvelle stratégie de transition énergétique, de 34 % de réduction de la demande d’énergie primaire et 30% de production d’énergie renouvelable électrique à l’horizon 2030, le nouvel accord signé prévoit :

  • L’appui au développement de l’action régionale de l’ANME,
  • La poursuite de la coopération technique, en appui au Fonds sur la Transition Énergétique,
  • La mise en place de plateformes de formation pour le solaire thermique (programme PROSOL),
  • Le renforcement de l’activité d’observatoire énergie et climat de l’ANME,
  • Le renforcement de la coopération en Méditerranée, à travers MEDENER (Association Méditerranéenne des Agences pour la Promotion de l’Efficacité Énergétique et des Energies Renouvelables), dont l’ANME assure la Présidence (depuis avril 2014, pour une période de deux ans).

L’ANME, dans le cadre de sa Présidence de MEDENER organisera en avril 2015 à Naples, la 3ème conférence sur la transition énergétique en Méditerranée, dont le thème central sera axé sur les financements, en prélude des futures. négociations Climat prévues lors de la réunion COP Paris Climat 2015.

Bannière AactAirL’appel à projets AACT-AIR (« Aide à l’Action des Collectivités Territoriales et locales en faveur de la qualité de l’Air ») a pour objectif d’aider les collectivités à initier, faciliter et réaliser des actions locales concrètes et innovantes pour améliorer la qualité de l’air extérieur.

Cette année, l’appel à projet est élargi aux initiatives visant à traiter la qualité de l’air intérieur dans les bâtiments placés sous la responsabilité des collectivités.

Les projets lauréats s’inscrivent dans les orientations prévues par la réglementation française, en particulier pour développer des actions intégrant le climat, l’air et l’énergie comme par exemple les Schémas Régionaux Climat, Air et Energie (SCRAE), les Plans de protections de l’atmosphère (PPA) ou encore les Plans de déplacements urbains (PDU).

Sont récompensés :

  • 3 projets « Recherche » : VELUD, INCITAIR et PMTU ;
  • 7 projets « Hors Recherche » : QAIL, EPOP AIR, EVAL-POP-PCAET, QAI_CPA, SIG AirBruit, CDU-CP et IMPACTAIR.

Retrouvez les lauréats et leurs descriptifs dans le communiqué de presse.

Lire la suite

Le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, l’ADEME et l’Association des Régions de France présentent le premier guide méthodologique du développement des stratégies régionales d’économie circulaire en France, véritable outil d’accompagnement des territoires pour saisir toutes les opportunités de croissance et d’emplois qu’offre le passage vers l’économie circulaire.

Contenu du guide : réalisé avec l’ensemble des acteurs et conçu comme un véritable outil d’aide à la décision, il cherche à définir des articulations cohérentes entre les politiques publiques mobilisées : développement économique, politiques de l’emploi, de la formation, de l’insertion sociale, des transports, de l’aménagement du territoire. Il propose un grand nombre d’exemples de réalisations concrètes couvrant les sept piliers de l’économie circulaire[1].

Rôle du guide : permettre aux partenaires de définir et d’arrêter les orientations concrètes de politiques publiques d’économie circulaire à mettre en œuvre pour les années à venir notamment dans le cadre des contrats de plan Etat Région (CPER).
[1] Approvisionnement durable, Éco-conception, Écologie industrielle et territoriale, Économie de la fonctionnalité, Consommation responsable, Allongement de la durée d’usage, Recyclage.

Coordonnée par l’ADEME, du samedi 22 au dimanche 30 novembre 2014, la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD) regroupe plus de 2800 initiatives dans toute la France pour sensibiliser les citoyens à la nécessité de réduire la quantité de déchets et leur donner les clefs pour agir au quotidien.

Capture ce que chacun de nous jette par an

 

LOGO-FRANCAIS-DEGRADEPlus de 2 800 actions pour s’informer et agir dans toute la France

Les actions sont variées : elles encouragent à consommer mieux, en favorisant par exemple les produits peu emballés ou en évitant le gaspillage alimentaire, à prolonger la durée de vie des produits grâce aux réparations et aux dons ou encore à jeter mieux en faisant de la pédagogie sur le tri et le recyclage.

De nombreux acteurs sont impliqués  dans toute la France : administrations ou collectivités (1187 actions), associations ou ONG (656 actions), hôpitaux et maisons de retraite  (395 actions), entreprises privées (325 actions), établissements scolaires (120 actions), entreprises publiques (145 actions), particuliers (12 actions).

 

Couv résumé propspectives conso 2030L’ADEME présente un scénario à l’horizon 2030 d’une consommation plus respectueuse de la planète et plus économe en ressources. A partir d’hypothèses réalistes par rapport aux tendances de consommation observées actuellement et en référence aux objectifs fixés par la loi de transition énergétique pour la croissance verte, ce scénario nous montre qu‘il est possible de réduire d’environ 17% l’empreinte carbone de la consommation des Français d’ici 2030, les autres impacts environnementaux évalués restant maîtrisés.

Consommer différemment, qu’est-ce que c’est ?

Pour réaliser ce scénario volontariste, l’ADEME s’est attachée à donner une vision prospective fondée sur des changements sociaux, économiques et technologiques déjà amorcés aujourd’hui dans 6 grands secteurs de consommation : l’habitat, la mobilité, l’alimentation, la consommation non alimentaire, les loisirs et la culture, et les activités tertiaires et les services publics. Retrouvez le détail de ces 6 secteurs dans les infographies ci-dessous.

Cliquer sur les infographies ci-dessous pour les visualiser en taille réelle

Infographie Prospectives conso 2030 1-5 Habitat  Infographie Prospectives conso 2030 2-5 Mobilité  Infographie Prospectives conso 2030 3-5 Alimentation  Infographie Prospectives conso 2030 3-5 Conso non alimentaire  Infographie Prospectives conso 2030 5-5 Loisirs et culture

logo tdf

Pour la 5ème année, le Tour de France Universitaire des gestes éco-responsable va prendre le départ le 25 novembre 2014 dans 25 villes universitaires. 105 animateurs mobilisés à travers la France, 25 villes dont 4 ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education) Parisiens, 62 sites animés (dans les Restaurants Universitaires), 3 ateliers (devenir économe : mode d’emploi ; choisissez l’éco-assiette ; tri dans le caddie), 1 quizz, 1 point de collecte et 135 000 étudiants sensibilisés.

Sur les campus, des ateliers sont proposés aux étudiants pour les sensibiliser aux gestes de tous les jours qui les rendent acteurs de l’économie d’énergie collective.

Comme par exemple les réflexes au quotidien pour un étudiant, auxquels il ne pense pas forcément, et pourtant… « Je sors d’une classe de TD quand toutes les fenêtres sont fermées« , ou « je sors le dernier d’une salle de cours, j’éteins la lumière« . Cela peut aussi être une alerte sur la durée de vie des déchets : « un mouchoir en papier = 3 mois« , « un chewing gum = 5 ans » ou encore « un briquet en plastique = 1 siècle« …

Le Tour de France Universitaire des gestes éco-responsable est un partenariat entre l’ADEME, l’AVUF (Association des Villes Universitaire de France), la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations), la MGEN (Mutuelle Générale de l’Education Nationale) et la CPU (Conférence des Présidents d’Université).

ademevous80_CouvActuellement, un ménage produit 452kg de déchets ménagers par an. Et si on y ajoute les déchets professionnels, issus du BTP, de l’industrie, de l’agriculture, des commerces…, l’addition monte à 5,5 tonnes par an et par habitant !

« La question des déchets est d’autant plus importante aujourd’hui que nous réalisons que les ressources de la planète ne sont pas inépuisables et que nous avons intérêt à privilégier l’économie circulaire plutôt que de poursuivre sur le mode linéaire, qui consiste à extraire, produire, consommer et jeter », considère Daniel Béguin, directeur Économie circulaire et Déchets à l’ADEME

Réduire le plus possible la production de déchets, mettre en oeuvre une tarification incitative, financer le recyclage des matériaux et matières organiques… Tels sont les objectifs du Fonds Déchets, géré par l’ADEME. Principal levier d’action : le soutien aux collectivités et aux entreprises, avec un budget de 943 millions d’euros pour 2009-2013. Parmi les priorités pour 2014-2020 : s’attaquer aux déchets du BTP.

Chiffres ADEMEetVOUS

« Connaître le coût de gestion des déchets est un enjeu majeur à l’échelle nationale, mais aussi pour les collectivités locales. L’Agence a développé avec différentes collectivités pilotes un outil de suivi et d’analyse basé sur les principes de la comptabilité analytique. » : dans ce numéro d’ADEME & VOUS, Marc Cheverry, Chef du service Mobilisation et Valorisation des déchets de l’ADEME, revient sur les différentes actions de l’Agence développées dans le cadre du Fonds Déchets.

A découvrir également dans ce dossier, 4 mises en action sur le terrain :

  • le centre de tri de Plouédern en Bretagne qui reçoit les emballages ménagers des communautés de communes du Nord Finistère,
  • la plateforme de regroupement de collecte, tri et valorisation des déchets intertes et non dangereux du BTP à Seltz en Alsace,
  • 7 communautés de communes de Lorraine qui ont décidé de mutualiser la collecte et la gestion de leurs déchets et de mettre en place une redevance incitative
  • la modernisation des modes de gestion et la mise en place de nouvelles filières de valorisation des déchets en Guadeloupe