Couv gudie ambassade verte

A quelques mois de la conférence Paris Climat 2015, l’ADEME, en partenariat avec le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (Commissariat général au développement durable) et le ministère des affaires étrangères et du développement international, publie le guide « Un Monde en transition, les ambassades françaises passent au vert ».

Ce guide offre aux ambassades un panorama des bonnes pratiques mises en œuvre dans nos postes à l’étranger mais également des idées et suggestions pour engager ou développer leur propre projet Ambassade verte, à travers des partenariats locaux, la recherche de sponsors et l’échange de bonnes pratiques inter-administrations.

Il a vocation à accompagner le réseau diplomatique et consulaire français à s’engager pleinement dans la transition énergétique et écologique dans une optique d’encouragement des initiatives et de mise en vitrine du rôle pilote de la France en matière de développement durable.

Depuis 2007, de nombreux projets écoresponsables ont vu le jour dans les postes à l’étranger sur la base du volontariat. Alors que certaines ambassades s’engagent à réduire leur consommation de papier et à le recycler comme au Costa Rica et à changer leurs éclairages par des LED comme au Danemark, d’autres ont entrepris des travaux d’envergure afin de moderniser leur mode de fonctionnement et d’inscrire les ambassades dans un projet d’environnement durable, telles qu’à Rome ou à Washington.

Le guide est disponible pour les ambassades sur le site interne du MAEDI Diplonet.

 

investissements-avenir (1)Les 3 appels à projets lancés début août par Ségolène ROYAL, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie et Louis SCHWEITZER, commissaire général à l’investissement (CGI) dans le cadre du programme d’Investissements d’Avenir (PIA) soutiendront la réalisation de fermes pilotes éoliennes flottantes en mer, les innovations dans les différentes filières d’énergies marines et fluviales et les projets concernant le stockage et la conversion de l’énergie.

La production d’énergie renouvelable et décarbonée est le premier outil de la lutte contre le dérèglement climatique. C’est pourquoi la loi de transition énergétique pour la croissance verte fixe l’objectif de 40% d’électricité d’origine renouvelable à l’horizon 2030.

Ces appels à projets confortent le développement de filières industrielles d’avenir en France, porteuses d’innovation et créatrices d’emplois. La France dispose en effet d’un important potentiel et d’un savoir-faire reconnu dans le domaine des énergies marines et fluviales.

ADEME_MAG87_couvÉcoQuartier, ÉcoCité, démarche de transition énergétique… Un peu partout en France, de nombreux acteurs (collectivités, État et opérateurs, entreprises et associations) se mobilisent pour transformer le concept de ville durable en réalité.

Objectif : proposer aux habitants un cadre respectueux de leur bien-être, de la cohésion sociale et de la biodiversité, et, bien sûr, en pointe dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’enjeu est de taille, puisque les villes concentrent 80 % de la population mondiale et produisent 70 % des émissions de gaz à effet de serre.

Outils, partenariats, initiatives…le dernier numéro d’ADEME & Vous vous dit tout sur la ville durable.

A lire dans ce dossier :

  • Zoom « De bonnes fondations pour la ville durable »
  • Regards croisés : Rachid Kander, directeur de l’Agence d’Urbanisme Clermont Métropole & Brigitte Bariol, directrice de la Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme (FNAU)
  • Reportage : Bordeaux : un exemple de mutualisation réussie
  • Avis d’expert : « Nous recherchons des solutions innovante dans une logique partenariale pluridisciplinaire »

Alors que la consommation d’électricité des ménages français ne cesse d’augmenter, les appareils électroménagers de dernière génération permettent de réaliser de réelles économies d’énergie. Si l’on adopte également quelques bons réflexes et bonnes habitudes, la facture énergétique s’allège réellement !

Des appareils moins énergivores

Aujourd’hui, 95 % des ménages français ont un réfrigérateur et un lave-linge. Si les appareils électroménagers apportent des services et du confort, ils sont également consommateurs d’énergie et font monter la facture d’électricité. L’ADEME soutient une étude menée par Topten sur les ventes de produits blancs, à l’échelle européenne, afin de suivre les évolutions et tendances du marché, et de mesurer l’impact réel des innovations technologiques dans le secteur de l’électroménager.

Les résultats prouvent que les biens d’équipements des classes énergétiques les plus performantes permettent aux ménages de réaliser de réelles économies.

ADEME-PB1 conso refrigerateur moinsRéfrigérateurs : Moins 25 % de consommation d’énergie en 10 ans pour les réfrigérateurs

Les coûts totaux pour les consommateurs (prix d’achat + frais d’électricité) ont ainsi reculé de 13 % (à 985 euros), et jusqu’à 18% en France. L’Europe bénéficie donc d’un important potentiel d’économie d’électricité. Ainsi, si tous les réfrigérateurs vendus en 2014 avaient été de la classe A++, ils auraient permis d’économiser 7800 GWh sur leur durée de vie.

Lave-linge : en 2014, environ 50% des lave-linge vendus étaient classés A+++

Aujourd’hui, tous les lave-linge mis sur le marché en Europe sont classés A+ et mieux. Ces appareils sont efficaces notamment du fait de leur grande capacité. Les modèles les plus récents adaptent en effet leur consommation d’eau et d’énergie de manière optimale à la quantité et au type de linge pour tous les programmes.

ADEME-PB2 sechelinge pompechaleurSèche-linge : 42% des sèche-linge vendus en Europe sont équipés d’une pompe à chaleur

L’énorme potentiel d’économies réside dans les sèche-linge à pompe à chaleur. Ils ne représentaient que 13% de l’ensemble des sèche-linge en France. Pourtant, malgré des prix d’achat supérieurs, les sèche-linge à pompe à chaleur sont rentables pour les consommateurs : si l’on tient compte des coûts totaux (prix d’achat + frais d’électricité), ces sèche-linge classés A++ sont le choix de le moins coûteux pour les consommateurs français.

Comment choisir ses appareils électroménagers ?

Utiliser l’étiquette énergie qui vous donne une indication sur la performance énergétique et la consommation d’eau des appareils électroménagers.

Vérifier la garantie et les possibilités de réparation de vos appareils.

Le réfrigérateur et le congélateur sont les deux seuls appareils électroménagers qui fonctionnent en permanence. Il est donc d’autant plus important d’opter pour un appareil économe en énergie.

Pour le lave-linge & sèche-linge, optez pour un modèle dont la capacité correspond à vos besoins. Utiliser les cycles Eco ou standard même s’ils sont plus longs ils consomment moins que les cycles courts pour la même quantité de linge. De même, préférez un sèche-linge à évacuation, moins énergivore qu’un modèle à condensation.

Trucs et astuces pour plus d’économies

Après l’acquisition d’appareils performants sur le plan énergétique, il est également possible d’alléger encore sa facture d’électricité grâce à l’adoption de bonnes habitudes d’utilisation.

Réfrigérateurs : placez-le au bon endroit et utilisez-le de façon économe

ADEME-PB3 emplacement refrigerateur ADEME-PB4 refrigerateur ouvert

Lave-linge : éviter de laver le linge à haute température et remplissez bien le tambour

ADEME-PB5 lavelinge 40 degrés ADEME-PB6 machine a laver pleine

Sèche-linge : essorez bien votre linge dans la machine à laver et quand c’est possible, profitez de l’air libre ou d’un local bien ventilé pour faire sécher votre linge : c’est très rentable…

ADEME-PB7 sechage air libre

Retrouver toutes les #AstuceEco de l’ADEME sur notre Twitter

logo Bon pour le climatLe changement de nos pratiques alimentaires fait partie des solutions importantes au problème du dérèglement climatique. Manger local, surtout végétal et des produits de saison est reconnu comme une façon de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de près de 15%.

L’association BON POUR LE CLIMAT, qui rassemble des restaurateurs, des hôteliers et des consommateurs qui s’engagent ensemble pour innover, faciliter le changement et diffuser cette nouvelle façon de cuisiner et de manger, propose d’accompagner les chefs dans l’évolution de leurs pratiques : partage de savoir-faire, échange de recettes, bilan carbone des plats, outils de communication…

Les adhérents s’engagent de leur côté à proposer au moins une entrée, un plat et un dessert BON POUR LE CLIMAT, c’est-à-dire réalisés avec des produits de saison, locaux, et mettant en avant le végétal plutôt que les protéines animales.

Présidée par François Pasteau, chef du restaurant l’Epi Dupin, l’initiative BON POUR LE CLIMAT a été labellisée COP21.

Label IA3 nouveaux Appels à Projets (AAP) et 1 reconduit

Les 3 AAP « Logistique et intermodalité – Edition 2015« , « Le véhicule dans son environnement – Edition 2015 » et « Route du futur – Edition 2015 » couvrent des thèmes nouveaux et complémentaires aux AAP déjà ouverts. En effet, ces 3 nouvelles thématiques cherchent à promouvoir l’émergence de solutions innovantes intégrant non seulement le véhicule et ses performances mais également l’ensemble du système au sein duquel il évolue. L’AAP Transports ferroviaires – Edition 2015 est quant à lui la reconduction d’un appel à manifestation d’intérêt précédent.

Logistique et intermodalité – Edition 2015

Cet AAP a pour objectif de sélectionner des projets développant des technologies, des services et des solutions industrielles ambitieuses, innovantes et durables dans le domaine de la logistique et du transport de marchandises permettant d’optimiser les flux au niveau des « nœuds » logistiques (ports, gares, aéroports, plateformes logistiques), ainsi que de favoriser l’intermodalité et le report modal.

L’appel à projets Logistique et intermodalité – Edition 2015 se clôture le 31 octobre 2016.

Le véhicule dans son environnement – Edition 2015

Cet AAP a pour objectif de sélectionner des projets développant des technologies, des services et des solutions industrielles ambitieuses, innovantes et durables en matière de gestion des déplacements routiers et notamment concernant la mise en place de systèmes de gestion avancés des véhicules et du trafic routier prenant en compte la nature et l’état du véhicule en lien avec son environnement. Les solutions attendues peuvent concerner à la fois des capteurs, des briques de technologie, des systèmes, des solutions complètes, des services ou de nouveaux modèles d’affaires.

L’appel à projets Le véhicule dans son environnement – Edition 2015 se clôture le 1er octobre 2016.

Route du futur – Edition 2015

Cet AAP a pour objectif de sélectionner des projets développant des technologies, des procédés, des services et des solutions industrielles ambitieuses, innovantes et durables en matière d’infrastructures routières. Les projets attendus peuvent porter sur des solutions permettant la réduction de l’empreinte écologique liée à la construction et à l’entretien des infrastructures, la production, le stockage et l’approvisionnement en énergie, l’amélioration des méthodes de conception et de construction des infrastructures et peuvent prendre en compte l’utilisation des NTIC.

L’appel à projets Route du futur – Edition 2015 se clôture le 1er octobre 2016.

Transports ferroviaires – Edition 2015

Cet AAP a pour objectif de sélectionner des projets développant des technologies, des services et des solutions industrielles ambitieuses, innovantes et durables en matière de systèmes et matériels de transports ferroviaires, guidés au sol, à l’usage des personnes et des marchandises, tant en milieux urbains et interurbains que sur les courtes et longues distances.

L’appel à projets Transports ferroviaires – Edition 2015 se clôture le 31 mai 2016.

Des conditions claires et transparentes fixées au sein des textes des Appels à Projets (AAP)

Les conditions de soutien financier ont été totalement rénovées :

  • Taux d’aides maximaux réévalués,
  • Délais d’instruction maximum de 3 mois entre le dépôt de dossier déclaré complet et la décision de financement
  • Conditions de remboursement des avances remboursables précisément décrites.
Christian WEISS @ADEME

Christian WEISS @ADEME

Lancé à l’automne 2014, l’appel à projets de recherche (APR) « Energie Durable : production, gestion et utilisation efficaces » a pour objectif d’encourager des projets de recherche finalisée impliquant des organismes de recherche, centres techniques, entreprises, associations professionnelles….

15 projets de recherche ont été retenus en 2015, couvrant la production d’énergie (4 projets), la gestion et l’utilisation efficace de l’énergie (8 projets) et la mutualisation énergétique (3 projets). A titre d’exemples, on relèvera notamment des projets dans le champ de l’auto-consommation avec une pompe à chaleur photovoltaïque, de la mutualisation énergétique à l’échelle de l’îlot urbain via des micro-réseaux de chaleur et de froid ou encore de la synergie entre production d’énergie renouvelable et mobilité électrique. Retrouvez ces projets dans l’info-presse ci-dessous.

Une nouvelle édition de cet appel à projets sera lancée au cours du 3ème trimestre 2015.