zerodechetA l’occasion de la présentation du projet de loi sur la transition énergétique, Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, a lancé le 30 juillet le premier appel à projets « Territoire zéro gaspillage zéro déchet ».

Il s’adresse aux territoires qui souhaitent engager une démarche exemplaire et participative de réduction, de réutilisation et de recyclage de leurs déchets.

Exemplaire, car il s’agit d’aller au-delà de la réglementation déchets pour réduire au maximum la production de déchets et valoriser au maximum les déchets qui ne peuvent être évités.

Participative car la démarche « territoire zéro gaspillage zéro déchet » se co-construit avec tous les acteurs du territoire: collectivités, entreprises et citoyens.

Les collectivités intéressées par la démarche sont invitées à se manifester auprès de l’ADEME jusqu’au 26 septembre 2014. Le cahier des charges détaillé sera rendu public en septembre.

 

Vivre dans un territoire « zéro gaspillage zéro déchet » 

Sur le territoire « zéro gaspillage zéro déchet », tous les acteurs, collectivités, citoyens, entreprises, associations, sont informés et impliqués dans la réflexion et participent à la réduction du gaspillage et des déchets. Le dialogue est constant pour identifier des moyens d’agir et de réduire chaque type de déchets.

Les collectivités ont un rôle particulier vis-à-vis des citoyens qu’elles doivent informer des coûts de la gestion des déchets et des gains réalisés en évitant le gaspillage, en réduisant les déchets et en les valorisant. Les taxes locales pour l’enlèvement des ordures ménagères récompensent les réductions accomplies en étant, par exemple, proportionnelles au volume de déchets produit.

Les acteurs du territoire, ménages et activités économiques, doivent réduire au maximum leur production de déchets, pour cela :

  • ils évitent le gaspillage alimentaire en n’achetant que les quantités nécessaires, en veillant aux dates de péremption, en cuisinant les restes ;
  • ils achètent des produits à longue durée de vie : solides, réparables… ou des produits d’occasion, et ne les renouvellent pas prématurément ;
  • ils revendent ou donnent leurs objets plutôt que de les jeter et ont recours à la location, au prêt, au partage, aux systèmes de consigne; ils pratiquent des politiques d’achats responsables et développent l’éco-conception pour leur produits,…

Pour valoriser leurs déchets, ils veillent à bien les trier :

  • ils compostent leurs biodéchets, ou les jettent dans une poubelle à part, qui fait l’objet d’une collecte séparée ;
  • ils trient leurs emballages et papiers ;
  • ils rapportent dans des bornes ou en déchèterie leurs textiles, appareils électroniques, piles, produits chimiques, meubles…